Le vieux cheval

Un vieux fermier possédait un vieux cheval avec
lequel il labourait ses champs.
Un jour le cheval s’enfuit vers les collines.

Aux voisins qui le prenaient en sympathie,
le vieillard répondit:
” Chance ou malchance, qui peut le dire ? “

Une semaine plus tard, le cheval revint des collines
avec un troupeau de chevaux sauvages,
et les voisins félicitèrent le fermier pour sa bonne chance.

 Il répondit encore :
” Chance ou malchance, qui peut le dire ? “

Puis, lorsque son fils, voulant dompter
un des chevaux sauvages, fit une chute et se brisa la jambe,
tout le monde crut que c’était une grande malchance.

Le fermier, lui, se contenta de dire :
” Chance ou malchance, qui peut le dire ? “

Quelque semaines plus tard, l’armée entra dans le village,
et mobilisa tous les jeunes gens valides.
Quand ils aperçurent le fils du fermier avec sa jambe cassée,
ils le dispensèrent du service.

Etait-ce de la chance ? de la malchance ? qui peut le dire ?

Tout ce qui à première vue peut être un mal, peut, en fait,
être un bien déguisé.
Et tout ce qui à première vue semble un bien,
peut en réalité être un mal.

Thérapie et développement personnel – Lausanne Suisse