La calèche

L’être humain peut être comparé à un ensemble composé de :

  • La calèche (qui représente le corps physique)
  • Le cheval (qui représente les émotions)
  • Le cocher (qui représente le mental)
  • Le Maître (qui représente le Soi Supérieur)
  • L’ensemble physique, émotionnel et mental (qui représente la personnalité, l’ego)

Le corps physique, la calèche

Selon cette analogie, l’état du corps physique, la calèche, dépend de l’entretien que lui procure un cocher intelligent, mais aussi de la façon dont elle est menée par le cheval. Puisque l’état de notre corps physique est facilement observable et mesurable, celui-ci pourra donner de précieuses indications sur le degré de maîtrise que possède le cocher sur l’ensemble de son attelage et de l’état de son cheval.

Les émotions, le cheval

Dans le terme ” émotion “, il y a ” motion “, c’est-à-dire mouvement. Ce sont les émotions qui permettent la mise en mouvement, et ceci à travers le phénomène du désir. Si les types de désirs peuvent être très divers, il n’en reste pas moins que le terme ” émotion ” représente dans son essence un vaste réservoir d’énergie accessible à l’être tout entier. C’est pourquoi, dans cette analogie, le cheval représente les émotions : c’est lui qui possède l’énergie nécessaire pour tirer la charrette. Il constitue donc un élément essentiel pour la réalisation du voyage.

Le mental, le cocher

Le mental est le siège des processus de la pensée. Grâce au développement de son intelligence, les fonctions du cocher sont en principe les suivantes :

  1. Transmettre au Maître les informations provenant de l’extérieur
  2. Entendre les directives du Maître en réponse aux informations transmises
  3. Être capable de bien maîtriser le cheval et le mener dans la direction indiquée par la réponse du Maître
  4. Prendre soin intelligemment de la calèche

Il est aisé de comprendre à quel point le rôle du mental est important puisque c’est lui qui doit constituer le lien entre le Soi Supérieur et l’ego, et faire en sorte que l’ego puisse exprimer concrètement la volonté du Maître dans ce monde.

Cette analogie met en évidence un élément majeur relatif aux émotions : le comportement du cheval dépend essentiellement de la façon dont il est dirigé par le cocher. Cela signifie que nos états émotionnels sont en grande partie tributaires de nos pensées et non de ce qui se passe à l’extérieur de nous.

Le Soi Supérieur, le Maître

La philosophie matérialiste nie pour le moment l’existence de cette essence de l’être humain. En revanche, toutes les traditions et l’expérience même de la vie nous rappellent que, s’il est évident que nous possédons un corps physique, des émotions et des pensées, il est tout aussi évident que nous sommes quelque chose d’autre. Les noms attribués à cette partie essentielle de l’être sont aussi divers que les cultures elles-mêmes. Notre culture judéo-chrétienne se réfère à cette partie sous le terme ” âme “, cela peut-être l’Essence, le Soi, c’est l’aspect de l’être humain qui est porteur des plus hautes qualités du cœur et de l’esprit qui puissent se concevoir.

Les récentes découvertes de la science commencent à révéler la possibilité de l’existence de cette partie subtile – mais combien active et puissante.

Selon cette métaphore, le fonctionnement idéal de l’être humain serait le suivant :

Le Maître (le Soi Supérieur), porteur de toute connaissance et de sagesse, transmet ses directives au cocher (le mental) éveillé et ouvert, sous la forme d’idées que ce dernier transforme en pensées inspirées, nécessaires à l’exécution parfaite de la volonté du Maître. La volonté du cocher et celle du Maître ne font qu’une. Ce contact direct et riche permet également au cocher de disposer de toute l’intelligence et la compétence nécessaires à une totale maîtrise du cheval (les émotions). L’ensemble de l’attelage (l’ego) est ainsi toujours dirigé harmonieusement et efficacement sur le chemin désigné par le Maître ; il ne s’égare pas sur des chemins dangereux ou sans issue. Le cheval, parfaitement maîtrisé, reste en possession de toute sa force (potentiel émotionnel totalement disponible) ; il est en mesure de tirer la calèche rapidement, harmonieusement et efficacement (potentiel créateur à son meilleur). Ceci, ajouté à une conduite intelligente de la calèche, assure le bon état de cette dernière (santé et grande énergie physique disponible).

L’ensemble des systèmes mental, émotionnel et physique, c’est-à-dire l’ego, se trouve alors totalement au service de l’expression de la volonté du Maître, notre Essence, dans ce monde matériel. Les plus hautes qualités du cœur et de l’esprit que le Maître porte en lui peuvent se manifester concrètement : Intelligence Supérieure, Sagesse, Compassion, Inspiration, etc.

Nous vivons dans un état de plénitude, de créativité, de puissance et d’amour, et rien ni personne ne peut altérer cet état. Nous sommes en mesure de faire face aux difficultés et aux défis de la vie avec sagesse, intelligence, calme et centrage. En particulier, notre cheval (émotions conscientes et inconscientes) reste ouvert et sensible mais ne se laisse pas perturber par les autres chevaux et/ou calèches qui passent, plus ou moins bien dirigés par les cochers des êtres qui partagent le chemin de notre destinée. Parfaitement bien guidé, il peut poursuivre sa route, quels que soient le comportement des autres et les circonstances extérieures. Nos relations, exemptes de remous émotionnels, sont riches et heureuses et deviennent naturellement des occasions de célébrer le voyage de la vie. Toute notre énergie est disponible pour créer et faire rayonner pleinement notre lumière dans le monde.

La plupart du temps, le cocher dirige sa calèche seul car il a peu ou pas de contact avec le Maître.

Un cocher sans connexion avec son Maître possède un mode de fonctionnement très limité. Il dispose certes d’un système de connaissances mais celui-ci est automatique et très rudimentaire. Sans la sagesse et le discernement du Maître, il est incapable de vraiment accomplir ses fonctions de manière efficace, harmonieuse et créative, ni de maîtriser correctement le cheval auquel il reste la plupart du temps assujetti. Le chaos et les difficultés quotidiennes que nous vivons actuellement, tant au niveau personnel que planétaire, proviennent directement de ce fonctionnement limité.

Le temps est venu de redonner au Maître, à notre Soi Supérieur le plein pouvoir qui lui revient.

Ce changement de direction ne se limite pas à de la philosophie. Si nous réussissons à l’intégrer véritablement au quotidien, il nous propulsera au sein d’une grande révolution de la conscience humaine qui permettra de créer un monde entièrement nouveau, autant pour soi que pour toute l’humanité.

Texte sacré de l’Inde (Upanishads)

Thérapie et développement personnel – Lausanne Suisse