La peur du changement

Par Lisa Sidorowicz, Praticienne certifiée et instructrice en ICB, Oakville, ON

Bien que nous soyons les maîtres de notre destin, choisir d’une manière active notre propre voie peut nous faire peur.
Nous avons l’habileté de créer des changements positifs dans notre vie mais certaines peurs profondes peuvent nous faire stagner.
La peur de l’échec et la peur du succès sont deux aspects communs de la peur du changement, tous les deux provenant des mêmes croyances négatives d’un manque de confiance et d’une mauvaise estime de soi.

Par contre, quand on a une bonne estime de soi, le changement est le bienvenu, il est vu comme une opportunité de grandir, comme un mouvement qui pousse vers l’avant et il apporte un épanouissement personnel.
La peur de l’échec est presque identique à la peur du changement.
Bien des gens sont inquiets rien qu’à la possibilité de faire face à de nouveaux défis parce qu’ils doutent de leur intelligence, de leur valeur et de leurs capacités à franchir les obstacles qui peuvent surgir.
Ils ont peur de ne pas être à la hauteur, de faire faux, d’être jugés et/ou humiliés.
La possibilité d’un échec est une menace qui pourrait ébranler une estime de soi déjà bien fragile, ils ne sont donc pas prêts à prendre ce risque-là.
Et même si on a une bonne estime de soi, la peur peut quand même être présente mais elle n’a pas le pouvoir de déstabiliser le mouvement en avant.
L’échec est perçu comme temporaire ou comme une possibilité d’apprendre d’une expérience.
Une bonne estime de soi permet de se focaliser sur les étapes nécessaires afin de garantir le succès et l’expression de soi dans l’ouverture, l’épanouissement, l’apprentissage et la capacité de faire face à de nouveaux défis et expériences.
La peur du succès est l’autre face de la peur de l’échec.
Beaucoup de gens n’osent pas exprimer leur plein potentiel parce qu’ils ont peur de leur pouvoir et de leur potentiel de succès.
Ils ont peur d’aller de l’avant, de faire leurs propres traces et peur aussi que leurs rêves deviennent réalité.
L’idée de vivre le bonheur et le succès peut faire émerger des croyances limitantes provenant d’une mauvaise estime de soi.
Par exemple, beaucoup de gens ne pensent pas mériter le bonheur ou alors ils ne pensent pas que le bonheur est possible.
Ils peuvent aussi s’inquiéter de ne plus être les mêmes s’ils ont du succès.
D’autres restent crochés sur la possibilité d’une réaction négative de leurs amis ou de leur famille, ils ont peur de perdre l’amour et l’acceptation des autres à cause de l’envie, de la jalousie et du ressentiment.
Leur besoin d’être approuvé par les autres peut les pousser à choisir un compromis par rapport à leurs rêves plutôt que de risquer la possibilité de mettre en péril l’acceptation à laquelle ils tiennent.
De telles croyances se nourrissent du doute et conduisent au sabotage.
Restreindre ses habiletés et s’empêcher de briller ne sert personne.

Comme Nelson Mandela le disait dans son discours inaugural (1994) :

Notre peur la plus profonde n’est pas de ne pas être à la hauteur, mais bien d’être d’une puissance sans mesure. C’est notre lumière, pas nos ténèbres qui nous effrayent le plus. Nous nous demandons : “mais qui suis-je donc pour être si brillant, superbe, fabuleux et si riche en talents?”
Mais en fait, qui êtes-vous, si vous n’êtes pas cela?
Vous êtes le fils, la fille de Dieu, et jouer petit ne sert pas le monde. Il n’y a rien d’élevé à s’abaisser pour que les autres ne se sentent pas inférieurs. Nous sommes nés pour manifester la gloire de Dieu qui est en nous, et cette gloire n’est pas juste en certains, elle est en chacun de nous. Et comme nous laissons briller notre lumière, nous donnons tacitement aux autres la permission de faire de même. Libérés de nos propres peurs, nous aidons, par notre simple présence, les autres à se libérer.
(Texte original de Marianne Williamson)

Lorsque l’on se fait confiance et que l’on a une bonne estime de soi, la peur de l’échec ou la peur du succès cèdent la place à la foi en soi, la foi en l’univers et la foi dans le processus de la Vie.
Nous sommes capables de puiser dans nos ressources, de prendre des risques, de repousser nos limites et de nous forger un avenir.
L’inconnu est perçu comme un défi et une aventure excitante.
Le changement se fait sans peur, il se fait instinctivement dans la confiance en soi et en la vie!

Thérapie et développement personnel – Lausanne Suisse